Bienvenue, Invité
08 février 2023, 11:51:37 am 
Attrape-Songes le forum sur le rêve lucide
Contrôlez vos rêves ! Découvrez toutes les méthodes et techniques d'induction pour avoir un rêve lucide tout en vous amusant. Devenez le capitaine de vos explorations oniriques...
Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Rêves de la communauté
Aujourd'hui      Total     
RN : 9 25042
RL : 0 13241
FE : 1 2572
Au hasard :
rêve normal   rêve lucide   faux-éveil
La boîte à rêves
Recherche avancée  

Nouvelles:

Pour participer aux nombreux sondages du forum, cliquez > ICI <

Auteur Sujet: [Méthode Test] Le cours naturel des pensées  (Lu 1255 fois)

Hors ligne MasterMind

[Méthode Test] Le cours naturel des pensées
« le: 27 mars 2012, 13:09:34 pm »
0
Hier, je me suis réveillé après mon premier rêve et j'ai compris quelque chose. Le fait est que lors de l'endormissement il est bien de faire le vide des pensées (ou le contraire s’autosuggestionner) mais voilà j'avais pratiquer ça toute la journée et rendu le soir, je me suis mis à penser sans arrêt. Penser volontairement et mentalement (ou ne pas penser) à quelque chose demande des efforts et j'ai repensé au Marquis de Saint-Denys

Voilà ce qui m'est venu à l'esprit. Laisser les pensées vagabonder lorsqu'on s'endort, la volonté d'être lucide elle ne part pas (dans mon cas) car elle est toujours présente dans la conscience. Le fait est que laisser ses pensées aller demande beaucoup moins d'énergie, en fait c'est même le contraire je trouve que ça redonne de l'énergie. Il dit donc de manière implicite qu'il faut justement faire cela et qu'une fois le rêve "bâti" on y trouvera la lucidité de quelque qu'autre manière. Car sinon ça serait simplement un WILD que d'être lucide au début.

Voilà comment il est expliqué dans son livre :
Un philosophe de Genève, Georges Le Sage, faillit, dit-on, devenir fou, en s’efforçant inutilement de surprendre dans son propre esprit la transition de la veille au sommeil, ou pour mieux dire au songe. II avait dû lui arriver cependant d’éprouver, en poste ou en diligence, ce que je disais tout à l’heure avoir été observé en chemin de fer par chacun de nous. Son tort fut donc tout simplement de n’avoir pas compris que cette rêvasserie, c’était le songe lui-même à son début; et qu’en se torturant l’esprit par une préoccupation incessante , il arrêtait précisément ce cours naturel et spontané des idées, sans lequel le passage de la veille au sommeil ne peut s’accomplir.

A mesure que le corps s’engourdit, à mesure que la réalité s’oublie, l’esprit entrevoit de plus en plus distinctement les images sensibles des objets qui l’occupent. Si l’on pense à quelque personne ou à quelque site, le visage, les vêtements, les arbres ou les maisons qui font partie de ces images cessent peu à peu de n’être que des silhouettes confuses, pour se dessiner et se colorer de plus en plus nettement. Je demanderai même, entre parenthèses, à tous ceux qui connaissent les insomnies et qui attendent parfois le sommeil avec impatience, s’ils n’ont pas remarqué souvent que ce sommeil tant désiré est enfin bien proche, dès qu’ils commencent à distinguer des visions un peu nettes, dans leurs assoupissements momentanés. C’est que ces assoupissements avec visions claires étaient déjà des instants de sommeil véritable. La transition s’opère de la rêverie simple au rêve le plus lucide sans que pour cela l’enchaînement des idées soit aucunement interrompu.


J'ai effectivement fait un rêve lucide mais c'est une autre histoire  ;)
La lucidité!

 

Page générée en 0.67 secondes avec 32 requêtes.