Bienvenue, Invité
05 février 2023, 02:54:43 am 
Attrape-Songes le forum sur le rêve lucide
Contrôlez vos rêves ! Découvrez toutes les méthodes et techniques d'induction pour avoir un rêve lucide tout en vous amusant. Devenez le capitaine de vos explorations oniriques...
Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Rêves de la communauté
Aujourd'hui      Total     
RN : 0 25004
RL : 0 13235
FE : 0 2567
Au hasard :
rêve normal   rêve lucide   faux-éveil
La boîte à rêves
Recherche avancée  

Nouvelles:

Venez participer à un WBTB (wake back to bed) avec d'autres membres du forum dans les nuits de vendredi à samedi , cliquez > ICI <

Auteur Sujet: [Discussion] Perception versus action  (Lu 4134 fois)

Hors ligne 100drine

[Discussion] Perception versus action
« le: 06 septembre 2014, 15:43:11 pm »
0
J’ai l’impression que les onironautes qui reçoivent beaucoup d’informations durant leurs rêves lucides agissent peu sur le scénario. J’ai aussi l’impression qu’ils vivent des émotions plus intenses que les autres rêveurs (ou bien c'est parce qu’ils se souviennent mieux, au réveil, des émotions ressenties durant le rêve). En ce qui me concerne, je profite de cette qualité sensorielle et émotionnelle au détriment du rythme de mes rêves.
À l’extrême opposé, il me semble que les onironautes dont la conscience a une forte influence sur le récit expriment parfois le regret de ne pas observer mieux les détails de leur monde onirique, prendre le temps de se promener, être attentifs à leurs raisonnements, etc.

La perception sensorielle/émotionnelle est-elle antagoniste de l’action ?

Dans ce cas, il y aurait les onironautes « explorateurs » d’un côté, les « intervenants » de l’autre et, bien sûr, ceux qui ont trouvé le juste milieu.



Hors ligne Hydrogene

  • Rêveur habitué
  • **
  • Messages: 199
  • Sexe: Homme
    • Métamorphoseum
Re : perception versus action
« Réponse #1 le: 07 septembre 2014, 11:17:30 am »
0
Oui, comme tu le dis, je pense qu'il faut trouver le juste milieu. Mais aussi, je me dis qu'agir avec ta propre conscience te permet de garder un certain niveau de lucidité dans ton rêve.
De même, les seules fois où je me suis "laissé faire", j'ai perdu ma lucidité. On a alors une vision plus globale du rêve, alors qu'en RL, on a plus de concentration. Par conséquent, on est plus apte à avoir plus de détails.

Par contre, je pense que l'inconscient n'aime pas trop faire des rêves avec, justement, trop de détails (d'où les liens : détails(concentration)<->conscience et "vision" globale<->inconscient)
Nouvelle question : Pour rester lucide plus longtemps en rêve, serait-il plus judicieux d'agir tout en gardant la perception du rêve plus globale (sans essayer
de rester fixé sur un PR par exemple) ?

Hors ligne 100drine

Re : perception versus action
« Réponse #2 le: 07 septembre 2014, 11:59:42 am »
0

Bonjour Hydrogène,

Merci de partager ton avis. Ma question initiale ne portait pas seulement sur les détails visuels, mais sur la perception sensorielle/émotionnelle/critique "en général": la qualité avec laquelle tu perçois tes propres pensées, les émotions que tu ressens, le mouvement, la chaleur, etc.

Mais pour réagir à ton message... Est-ce que tu dis que, pour toi, une forte lucidité favorise l'apparition des détails?

Je fais l'expérience du contraire: à un faible niveau de lucidité, je ne change pas "radicalement" le scénario. Je remets en question la scène, je suis attentive à mes perceptions (pas seulement les détails visuels) et je transforme des objets de mon environnement pour confirmer ma lucidité. Pour le moment, c'est mon seul moyen de de prolonger...

À l'inverse, les rares fois où j'ai été très lucide, j'étais dans l'action (ex. voler, courir) mais je perdais le paysage. J'ai donc une vision plus globale quand ma lucidité est forte.

Si pour toi, c'est une autre histoire, c'est peut-être que ta personnalité émotionnelle a des difficultés à laisser-faire mais que tu es un excellent "intervenant".
Pendant ce temps là, moi l'"exploratrice" je dois m'efforcer à me ressaisir pour ne pas naviguer trop longtemps entre deux eaux (lucidité faible), ni me complaire dans la contemplation jusqu'à l'effilochement total de ma lucidité.

D'ailleurs les "intervenants" ne disent-ils pas que leur lucidité s'effondre, pendant que la lucidité des "explorateurs" s'effiloche?  :)

Merci encore de ta participation et bon dimanche!

Hors ligne Bahamut

Re : perception versus action
« Réponse #3 le: 07 septembre 2014, 13:31:38 pm »
0
J'ai déjà vécu les deux types de RL, c'est presque du 50/50 chez moi, et... effectivement, c'est très difficile de concilier les deux approches. Dès l'instant ou je prends le contrôle de mes RL, je n'arrive plus beaucoup à me concentrer sur les détails. Et souvent, je perds le RL (pas la lucidité, mais le rêve en lui-même, le décor) assez vite. En revanche, mes RL les plus riches sur le plan sensoriel sont effectivement ceux ou je ne contrôle rien, ou bien seulement à la marge, ils ressemblent beaucoup aux RN en fait... la lucidité en plus.

Après, je ne suis pas sûr que les deux approches sont clairement antagonistes. En effet, chez les onironautes les plus confirmés (enfin, certains, d'entre eux), je lis souvent des RL ou contrôle et détails sont présents. Mais chez les onironautes moins expérimentés, j'ai effectivement l'impression que la conciliation est plus difficile.

Une sorte d’antagonisme relatif, peut-être. Mais pas absolu - du moins, je l'espère.

Hors ligne 100drine

Re : perception versus action
« Réponse #4 le: 07 septembre 2014, 14:02:09 pm »
0
Mêêêrci Bahamut!! C'est une très bonne nouvelle! Très encourageante! Franchement, j'étais ennuyée rien qu'à l'idée de devoir exclure une option pour pouvoir profiter de l'autre.

Zarly m'avait déjà conseillée de faire un tour sur moi-même pendant mes RL pour retrouver mon environnement (idem Laberge en derviche tourneur), mais je n'y pense pas pendant que je rêve (sauf une fois).
Le pire, c'est que bien longtemps avant de décider d'être onironaute, je faisais spontanément ces tours sur moi-même IRL. Surtout quand j'étais excitée de joie.
Seulement, voilà... Il a bien fallu que mon ex me fasse admettre à quel point j'étais ridicule de me présenter à lui comme un chien chien fou fou qui fait la fêfête! J'avais donc fini par accepter cette réalité. Trop dure à assumer  +o(

Dorénavant, je vais pouvoir me réconcilier avec moi-même et retrouver les plaisirs kinétiques. Des plaisirs simples d'humanimaux, emballés avec méthode sous les termes de "tests de réalité". Pour revenir au message d'Hydrogène et à son souhait de prolonger la lucidité, la "clé" du mystère se cache peut-être dans le système vestibulaire, notre 6ème sens (cf Alain Berthoz et son livre Le sens du mouvement).



Hors ligne Hydrogene

  • Rêveur habitué
  • **
  • Messages: 199
  • Sexe: Homme
    • Métamorphoseum
Re : perception versus action
« Réponse #5 le: 07 septembre 2014, 18:53:13 pm »
0
100drine, en fait, quand je parlais de vision, je voulais parler de perceptions.
De même, lorsque j'ai dis "globale", cela ne veut pas dire faible mais étendu (à l'inverse de concentré sur une chose).

Il faut que je m'entraine encore pour garder ma lucidité même si je reste "spectateur" du rêve.
Dans mes débuts d'onironautes, je me réveillais souvent à cause de mon contrôle sur le rêve (enfin c'est ce que j'ai conclut), ou alors que le rêve s'effondrait (et du coup, soit réveil soit noir onirique).
Peux-tu me m'en dire plus sur le système vestibulaire ? Pourquoi penses-tu que c'est la "clé" ?

Re : perception versus action
« Réponse #6 le: 07 septembre 2014, 19:18:15 pm »
0
Hmm ta perte de contrôle en rêve est forcément du au faite que ta conscience n'avait pas l'habitude de prendre conscience qu'elle rêvait c'est comme l'exemple du bébé qui apprend a marché ! Tout est une question habitude !

Tout ce que tu fais IRL 100drine ce retrouvera dans tes rêves.Il faut savoir aussi que certaines parties du cerveau sont désactivées pendant les rêves lucides telles que la logique,la réflexion enfin tout ce qui concerne le mental.

C'est ce qui empêche ta conscience de réfléchir pendant que tu réalises que tu rêves c'est à cause de ça que certain objectif IRL sont oublié en RL.Les rêves sont uniquement centrés sur l'imagination,la créativité, etc donc les rêves lucides permettent de rester uniquement dans le moment présent.

Ah oui encore une chose quand on est en rêve lucide,on est a l'intérieure de nous et donc l'inconscient c'est nous même ! Être spectateur du rêve et garder sa lucidité et impossible puisque plus tu t'enfonces dans le scénario plus ta conscience perd le contrôle.L'idéal sera d'interagir un peu avec les PR et de ne pas modifier le décor onirique.
Mes pouvoirs s'active dans mes rêve lucide!!

Hors ligne 100drine

Re : perception versus action
« Réponse #7 le: 07 septembre 2014, 20:22:46 pm »
0
@Hydrogène: en lisant global comme le mot étendu, je comprends mieux ton message.
Sur le système vestibulaire: La pratique des rêves lucides favorise le sens du mouvement. Les succès avérés du RL dans le coaching sportif en sont un bel exemple. Réciproquement, un bon équilibre est l'un des traits de caractères des rêveurs lucides décrits par R. Hurd et repris par Attrape-songes:
http://www.attrape-songes.com/reves-lucides/5-traits-de-caractere-des-reveurs-lucides-dreamstudies
J'ai parfois l'impression que nous sous-estimons cet organe sensoriel. Le mouvement est probablement la clé pour prolonger notre lucidité.

D'ailleurs, nos échanges me font penser à un cas d'étude décrit par Alain Berthoz: des aveugles qui jouent au basket? Pas de problème! Comme quoi, c'est peut-être le titre du fil que je devrais corriger et restreindre le sujet à la seule notion de "vue". Ce ne serait plus "perception vs action" mais "vision vs action".

@Triger: faire pousser des aigrettes sur les têtes des hiboux, faire disparaître les boules ornementales de mes baldaquins sont pourtant des choses que j'ai faites dans mon dernier RL et qui m'ont aidées à maintenir ma lucidité. C'était d'autant plus nécessaire que le décor était conforme à la réalité. De cette manière, je renforçais ma conscience que je n'étais pas IRL. Mais je ne suis pas la seule à utiliser le décor (créer une porte est un exemple connu).
Ceci dit, je retiens ton conseil et la prochaine fois, au lieu de me tourner vers mon environnement, je m'adresserai aux PR.

Quant à la réflexion, ne penses-tu pas qu'une approche réflexivo-critique le jour porte ses fruits la nuit? Triger, je conçois tout-à-fait que tu ne me croies pas, ça ne me pose aucun problème. Mais "remettre en question" son environnement n'a rien d'exceptionnel. Il me semble même que c'est une bonne entrée dans la lucidité. Tu fais un truc dans un RN et puis tu te rends compte progressivement à quel point la situation est absurde. Tu en déduis que tu rêves, ce qui déclenche ta lucidité. C'est donc que tu es capable de réfléchir. Ça, tu l'as déjà expérimenté, non?

Je rajoute enfin que je suis hyper-sensible et hyper-émotive et que ça crée un décalage avec les autres IRL, dans mes relations sociales. Quand je lis les journaux de rêves publiés sur le forum, ainsi que les classifications de lucidité proposées (et notamment le rapport entre la capacité à contrôler et la qualité sensorielle), mon décalage est encore plus fort en comparaison des autres onironautes. C'est un peu comme si, libérée des efforts que je dois faire en société pour moduler les stimulis, je pouvais vivre pleinement cette intensité dans mes rêves, même quand ils sont faiblement lucides.


Hors ligne BlueWolf

Re : Re : perception versus action
« Réponse #8 le: 07 septembre 2014, 20:56:27 pm »
0

Je rajoute enfin que je suis hyper-sensible et hyper-émotive et que ça crée un décalage avec les autres IRL...
... C'est un peu comme si, libérée des efforts que je dois faire en société pour moduler les stimulis, je pouvais vivre pleinement cette intensité dans mes rêves, même quand ils sont faiblement lucides.

Je te rejoins sur ce point 100Drine.  ;)

Mes RL, qu'ils soient actifs (rares) ou passifs (fréquents), ont la plupart du temps un décor très détaillé et ma capacité à raisonner, m'interroger et remettre en question mes émotions ou mon environnement est intacte. Mon esprit critique n'est nullement affaibli par ma lucidité, bien au contraire.
Alors, désolée Triger, je ne peux pas être d'accord avec ta vision des choses sur ce coup là !  :P

Hors ligne Hydrogene

  • Rêveur habitué
  • **
  • Messages: 199
  • Sexe: Homme
    • Métamorphoseum
Re : perception versus action
« Réponse #9 le: 07 septembre 2014, 21:18:27 pm »
0
100drine, si j'ai bien compris, ce que tu veux dire (voir premier post) c'est que si tu contrôle ton rêve, tes émotions seront atténuées ?

Merci pour ta réponse ;)

Hors ligne 100drine

Re : perception versus action
« Réponse #10 le: 07 septembre 2014, 22:06:41 pm »
0
@Hydrogène: Je ne sais pas s'il y a une causalité directe. Pour éviter tout malentendu, le mieux est de nous référer à la même chose. Prenons la classification d'Attrape-songes, page 22 dans le guide.pdf ou bien sur le blog ici: http://www.attrape-songes.com/reves-lucides/les-differents-niveaux-de-lucidite
Je choisis la classification proposée par Attrape-songes car, même si elle ne fonctionne pas pour moi, je trouve qu'elle est fiable à la lecture des autres journaux de rêve.
Niveau moyen de lucidité. Fausses croyances: quelques unes. Mémoire: correcte pour moi (moyenne pour les autres). Contrôle: faible pour moi (moyenne pour les autres). Qualité sensorielle: haute pour moi (faible pour les autres). Intensité émotionnelle: haute pour moi (faible pour les autres).
Et toi? pour un niveau moyen de lucidité? Il me semble que tu contrôles facilement...

@BW: c'est bien ce qui me semblait. Tu me rassures. Te voilà provisoirement étiquetée "exploratrice".

Et à relire Bahamut, je vois qu'il arrive lui aussi à capter pas mal de choses sauf que lui, il tient un rythme haletant. On lui collera donc un "50/50" sur le front. '"Antagonisme relatif", ça me plaît beaucoup parce que ça ouvre des perspectives!

Hydrogène est incontestablement un "intervenant", toujours dans le feu de l'action.

Triger, je ne sais pas. Tu te situes où?

Ces étiquettes sont facilement décollables, il nous suffira d'évoluer avec le temps. Moi, j'aimerais bien gagner en rapidité.

Les uns vont exercer leurs mouvements oculaires devant le match de foot, les autres vont rêvasser sous les draps.

Encore merci d'avoir pris le temps d'écrire. Bonne nuit tout le monde!

Re : perception versus action
« Réponse #11 le: 07 septembre 2014, 22:32:37 pm »
0
Je pense que j'ai trouvé mon juste milieu depuis longtemps,avant j'étais juste un intervenant d'ailleurs les anciens membres te le diront.Je suis hyper sensible aussi et je comprend un peu,tu te concentre seulement sur les émotion en rêve lucide ? Ou tu souhaite les comprendre ?
Faut savoir que les émotions sont inexplicable en rêve normal et rêve lucide je m'explique,tu peux très bien être content puis là seconde d'après être en pleure.
Mes pouvoirs s'active dans mes rêve lucide!!

Hors ligne Bahamut

Re : perception versus action
« Réponse #12 le: 07 septembre 2014, 23:31:03 pm »
0
Pareil 100drine et Bluewolf, lorsque je suis très très lucide, je peux raisonner à peu près de la même manière que IRL. Par exemple, je peux : faire des multiplications relativement complexes ; me souvenir de ma date de naissance, savoir qui était Président de la République en 1981, savoir combien il me reste sur mon compte en banque, etc.

Pour autant, je suis assez d'accord avec Triger, du moins avec l'idée qu'il soulève... mais pas avec le terme qu'il utilise. Le terme "réfléchir" me semble horriblement mal choisi. Car effectivement, on est nombreux ici à savoir que réfléchir est parfaitement possible en RL. Parfois même, c'est tout aussi facile que IRL.

Mais je crois qu'il a raison : en RL, on est souvent capable de faire attention à de tout petits détails, pas de problèmes là dessus... mais on passe aussi à coté d'énormes évidences, et à un instant T, pris au hasard, je ne pense pas qu'on puisse disposer de toute la palette de choix face à une situation donnée, de façon similaire à l'IRL. J'ai l'impression que l'inconscient réduit d'une certaine façon les possibilités - pas qualitativement, mais quantitativement, je pense que oui.

Exemple un peu con-con. Vous êtes IRL, vous faites face à une fenêtre. Que faire ?

IRL, le cerveau passerait (inconsciemment la plupart du temps) en revue toutes les solutions possibles :

- ouvrir la fenêtre
- casser la fenêtre
- passer à travers la fenêtre (c'est dur, mais c'est techniquement possible)
- prendre l'escalier
- ne pas bouger
- oublier cette histoire de fenêtre, et aller se chercher une bière
- se rendre compte de la saleté des vitres, et commencer à les nettoyer
- etc, etc,

Mais en RL, est-ce vraiment possible ? Bien évidemment, passer à travers la fenêtre, c'est ce qu'il y a de plus "facile"... non. En fait, c'est plus... hmmm... "direct". Tellement direct qu'en fait, souvent, l'onironaute n'essaiera même pas de trouver une autre solution (qu'elle soit meilleure ou moins bonne n'entre pas en ligne de compte).

L'onironaute réfléchit, oui. Mais de façon, plus directe j'ai l'impression. De façon plus pragmatique (ne pas confondre avec le terme "réaliste", passer à travers la fenêtre est en RL la solution la plus pragmatique parce que c'est plus court, et ça ne fait appel à aucun mécanisme d'ouverture, difficile à reproduire en rêve pour l'inconscient).

On réfléchit en RL. Mais... un peu comme un enfant de trois ans (avec les connaissances d'un adulte, évidemment). De façon très directe, et avec beaucoup d'innocence. Ce qui, précisons-le, n'empêche en rien l'esprit critique. Au contraire : un enfant, c'est parfaitement pragmatique, il limite ses choix aux plus simples, ses objectifs sont des vues à très court terme, il n'a pas encore beaucoup de fausses croyances... un enfant de trois ans est plus "lucide" que n'importe quel adulte, d'une certaine manière. Il ne comprend rien aux tenants et aux aboutissants de ce qu'il fait, il na pas trop d'idées préconçues, mais le chemin du "tenant" à "l'aboutissant", il le détermine au mieux. Esprit critique au plus haut. C'est comme ça qu'un enfant apprend. Il voit tout. Mais se focalise sur très peu de choses.

C'est comme ça que je vois les choses en tout cas. En RL, la réflexion, l'esprit critique, peuvent être incroyablement élevés ; mais les choix sont restreints, et ce qui nous semble important ou pragmatique en RL serait très différent des mêmes repères IRL. On peut tout percevoir... mais à moins d'être lucide à un niveau très élevé, l'inconscient nous ramène à des données plus simples, et se focalise sur bien peu de choses.

Et c'est peut-être pour ça aussi qu'en voulant tout voir, tout analyser, tout contrôler, les RL s'effondrent (dès fois), car ceci n'est plus vraiment rêver ; c'est plutôt... vivre. Et on est pas censé vivre en rêve.



Hors ligne 100drine

Re : [Discussion] Perception versus action
« Réponse #13 le: 08 septembre 2014, 15:11:01 pm »
0

Quand on s'appelle Yin Yang, quoi de plus facile que la voie du milieu  ;)

@Triger : Ni l’un, ni l’autre. Je n’ai pour objectif, ni de me concentrer sur mes émotions, ni de les comprendre. Ressentir mes émotions ne nécessite aucune concentration étant donné que j’en suis envahie. Quant à les comprendre, je les comprends déjà tellement bien que je regrette même de ne pas m’y fier plus souvent !

Pour répondre quand même à ta question mon objectif est d’une part, de privilégier les émotions positives et, d’autre part, de réagir à la hauteur de ce que je ressens et non plus à la hauteur de ce qui est socialement admissible. Je pense avoir atteint mon 1er objectif, mais pas encore le 2ème.

Sur les émotions positives : Avant de m’exercer, je devenais spontanément lucide pour créer des issues dans mes cauchemars, où l’émotion dominante était la peur. Depuis que j’ai découvert l’onironautisme, je développe la même chose, mais pour le plaisir, la joie et la sérénité. Pendant que tu rêves, si tu éprouves du plaisir, ton cerveau produit des endorphines. C’est donc que l’expérience émotionnelle est réelle, même si le rêve est irréel. Et ça c’est trop bôôôn !

Sur l’intensité des émotions : IRL je dois les juguler pour la paix sociale, mais dans mes RL ce n’est pas nécessaire.
IRL je dois veiller à ce que l’intensité avec laquelle je vis une situation ne gâche pas mes relations avec les autres. Aujourd’hui, je suis presque toujours attentive à ce décalage d’intensité entre moi et les autres, même si mes sensations>émotions>pensées restent cohérentes entre elles. Très souvent dans mon passé, ceux qui n’étaient pas affectivement impliqués trouvaient que j’avais des réactions disproportionnées à la situation, ce qui était logique de leur point de vue. Du coup, ils me fuyaient ou bien ils m’envoyaient chier. Pour ceux qui m’appréciaient et ceux qui m’aimaient (d’amitié, d’amour), c’était beaucoup plus compliqué.
Mais puisque mes PR ne sont pas réels, je ne devrais plus avoir besoin de dissimuler ce que je ressens (sensations et émotions), ni m’efforcer à atténuer mes réactions (expression). Là, j’ai une bonne marge de progression devant moi.

Triger, ça m’intéresserait que tu me fasses part de ton expérience d’onironaute hyper-sensible. Tu rapportes avec méthode tes émotions dans ton journal, mais as-tu constaté une évolution depuis que tu as débuté les RL ?

Au sujet des extrêmes   : ça ne m’est jamais arrivé de basculer soudainement d’une émotion à l’autre, sans que cela soit en rapport avec la situation rêvée. C’est peut-être ton rêve qui joue son rôle d’exutoire.

@Bahamut : La pratique des rêves lucides nous amène donc à nous intéresser, tôt ou tard, à la rhétorique et aux sciences cognitives. C'est passionnant!
Ce que tu dis, c’est qu’en RL on peut se remémorer ce qu’on a appris par cœur IRL, déduire, compter et avoir une pensée critique.
Par contre, on ne peut pas élaborer une suite d’idées. Du coup, on ne peut pas décider à l’avance de prendre des décisions successives (saisir une poignée, puis tourner, puis tirer).
La pensée arborescente est, elle aussi, limitée, donc difficile d’émettre des hypothèses.

Et qu’en est-il de la pensée implicite ?

Est-ce qu’un onironaute en RL peut retrouver les chaînons manquants d’un raisonnement ? Ex. sur un paquet de cigarettes, le message « fumer tue » implique « ne fume pas ». Fumer rend parfois malade, cette maladie peut être incurable et alors tu meurs, donc tu ne dois pas fumer. Faudrait quand même pas finir enterré avec une énorme tumeur blanche sous le menton !


Re : [Discussion] Perception versus action
« Réponse #14 le: 08 septembre 2014, 15:48:31 pm »
0
Le seul critère qui fait office de pivot entre l'action et la réflexion c'est le recul - un excès de recul favorise le ralentissement du temps du rêve, donc les événements se succèdent moins vite, la contemplation (extérieure et intérieure) est possible, et inversement un trop peu de recul favorise en toute logique l'accélération du rêve, ce qui se manifeste par des ellipses, des actions se succédant rapidement, une capacité amoindrie à analyser la situation, etc... Cette notion de recul est intéressante et je pense que c'est ce sur quoi il faut se concentrer si on veut bien comprendre l'antagonisme action/réflexion dont vous parlez. Et tout ça c'est lié à la lucidité, évidemment.

Je continue ma réflexion par analogie en faisait le lien entre recul et présence. Il est intéressant de noter qu'il est difficile d'être lucide sans être un minimum présent dans le rêve. Et pour être présent, il faut être dans l'action, ne pas se disperser. Par conséquent (petite pirouette) pour avoir du recul, il faut être "dans l'action". Ça peut paraître paradoxal mais comment être observateur de son rêve si on ne le vit pas intensément de l'intérieur ? Nieztsche disait : "Plus d’un sans doute comme moi, se souvient d’avoir parfois réussi à se dire, pour se donner courage au milieu des périls et des terreurs du rêve : «C’est un rêve ! Continuons de rêver !»" Dans ces cas de prise de lucidité, ce qui est en jeu c'est le fait que ce qu'on vit en rêve est trop insupportable et on s'extrait de tout ça en exécutant un bond en arrière de "recul". Il est intéressant de noter que, contrairement à ce qu'on pourrait penser, il est parfois plus facile de devenir lucide dans une situation onirique stressante que dans une situation onirique complètement banale. En effet, dans ce dernier cas, tout paraît normal, aucun clou ne dépasse de la planche, de ce fait notre esprit critique peut rester tranquillement endormi. (Un étude a montré que le cauchemar est le principal déclencheur de prise de lucidité naturelle.)

Mais dans ce post il est question de perception émotionnelle et sensorielle et quand on devient lucide en plein cauchemar, on ne pense pas à rester contempler le rêve, on veut surtout se réveiller donc on pourrait me répondre que mon exemple n'est pas représentatif. Il est intéressant de le noter tout de même car dans ce cas ce n'est pas l'excès d'analyse qui rend lucide et qui permet de se dépatouiller du cauchemar, mais c'est l'inverse, c'est la situation insupportable qui provoque un stress et qui permet ce bond en arrière de recul.

Je finirai par dire que rester lucide en rêve est autant difficile que le devenir, c'est un vrai jeu d’équilibriste : il ne faut pas trop se "perdre" dans le rêve et il ne faut pas non plus trop sortir la tête de l'eau sinon on ne voit plus ce qui est dans l'eau. Donc l'idéal c'est de garder la tête sous l'eau pour profiter du rêve (parler aux PR, faire des petits objectifs) mais bien penser à sortir la tête de temps en temps (faire des TR, analyser la situation, se dire qu'on rêve, etc...). Si on fait trop l'un et pas l'autre, on risque de perdre le RL (trop d'action et on perd la lucidité et à l'inverse trop de recul et on perd le rêve). Il faut être à la fois intervenant et à la fois explorateur.
Sur l'écran noir de mes nuits blanches
Moi je me fais du cinéma
Sans pognon et sans caméra


Claude Nougaro

 

Page générée en 0.581 secondes avec 47 requêtes.