31 Août

Téléportation-o

3362023827_793f183d2dL’une des expériences les plus grisantes à faire en rêve lucide est de changer de lieu: se retrouver en Italie, à la mer, à la montagne, dans l’espace, en une fraction de seconde et avec un minimum d’effort…

Pourtant, il est très difficile de transformer directement le décor onirique autour de soi, le rêve ne se plie pas facilement à cette intervention non voulue. C’est bien l’une des rares fois où le rêveur lucide peut percevoir clairement la séparation entre la source de création du monde onirique et lui. Certes Il est capable de modifier quelques éléments du décor, mais il ne peut transformer un lieu en un autre, la tâche s’avère difficile, éprouvante et n’aboutit souvent qu’à un bien triste résultat.

Les onironautes ont donc trouvé un autre moyen pour effectuer une telle transformation, ils font appel directement à la source de création du monde onirique et lui laisse faire le travail pour eux. A défaut de mieux, la plupart des forums dédiés aux rêves lucides appellent cette technique la téléportation. Argh, dès que j’entends ce mot, j’entends la voix du capitaine Kirk (version 2009 en fait) dire “Beam me up, Scotty” !

Pour écrire ce billet, je suis allée faire un tour du côté de wikipedia sur l’article dédié à la téléportation, et je me suis rarement autant amusée en lisant un article wiki, au point que j’ai cru un moment m’être perdu du côté de la désencyclopédie. D’ailleurs, le chapitre 4.2 a répondu à brillamment à une question existentielle que je me posais depuis très longtemps, merci infiniment à l’auteur !

Téléportation est construit du grec ancien τηλε (têle) signifiant « loin », et du latin portare signifiant … heu … porter.

Donc selon wikipedia: “On nomme téléportation (terme de 1934) le transfert d’un corps dans l’espace sans parcours physique des points intermédiaires entre départ et arrivée.”, ou la version Larousse “Transporter d’un point à un autre sans passer par des points intermédiaires.”

Importante nuance cependant, en rêve lucide, et en particulier en ce qui concerne la méthode dite de la Porte, il n’y a pas de transfert du corps onirique d’un lieu à un autre, l’impression est plutôt que ce soit carrément le lieu qui est téléporté… devant notre porte. De plus, le mot téléportation donne l’illusion que le lieu existe déjà quelque part dans le monde onirique, alors qu’il s’agit bien souvent d’une création, à la demande, du lieu. Encore que les notions de cartographie onirique ouvrent des perspectives intéressantes sur ce sujet.

Téléportation d’un lieu ou téléportation du corps onirique, en prenant exemple sur l’article du wikipedia et la classification Davis qui y est mentionné, il s’agit là d’un nouveau modèle de téléportation que nous qualifierons de téléportation-o (pour onirique).

Il existe de nombreuses méthodes de téléportation-o, et je pense qu’on peux les classifier en deux groupes: la rupture visuelle et le franchissement de seuil.

Rupture visuelle

La plus ancienne méthode de téléportation-o que je connaisse est celle mentionnée par Hervey de Saint Denis.
«L’apposition, dans mon rêve, d’une main sur mes yeux eut, en effet pour premier résultat d’anéantir cette vision d’une campagne au temps de la moisson que j’avais inutilement essayé de changer par la seule force imaginative. Je demeurai sans rien voir pendant un moment, exactement comme cela me fût arrivé dans la vie réelle. Je fis alors un nouvel appel énergique au souvenir de la fameuse irruption des monstres, et, comme par enchantement, ce souvenir nettement placé, cette fois, dans l’objectif de mes pensées se dessina tout à coup clair, brillant, tumultueux, sans même que j’eusse, avant de me réveiller, le sentiment de la façon dont la transition s’était opérée.»

La recette de cette téléportation-o est donc simple, il suffit de fermer les yeux, ou placer une main devant ses yeux oniriques et visualiser l’endroit où l’on désire se rendre.

Petit problème, cette méthode provoque parfois un faux réveil, encore que le faux réveil puisse être considéré comme une méthode de téléportation directe dans son lit. Cette méthode est aussi dangereusement proche de certaines techniques utilisées pour se réveiller d’un rêve lucide. Voilà sans doute pourquoi beaucoup d’onironautes préfèrent utiliser les autres méthodes de téléportation-o, même si à mon avis, cette méthode une fois maîtrisée, a un énorme potentiel, car elle utilise l’essence même des rêves, la visualisation. Pour éviter un réveil, il faut fermer les yeux le moins longtemps possible (une ou deux secondes), et plutôt que d’ouvrir les yeux (car on prend le risque d’ouvrir ses vrais yeux…), se convaincre simplement qu’il est temps de voir. La méthode d’Hervey consistant à placer une main devant ses yeux, sans les fermer, peut permettre de contourner le risque d’ouvrir ses “vrais yeux” et donc de se réveiller.

Je mettrais aussi dans cette catégorie de téléportation-o la technique de Stephen Laberge consistant à tourner sur soi-même. Cette méthode a pour but premier de stabiliser un rêve lucide, mais en provoquant une rupture visuelle, elle induit souvent un changement de décor.

Franchissement de seuil

Le deuxième façon de faire une téléportation-o consiste en un franchissement de seuil: traverser un miroir, sauter dans un poster, traverser un mur, franchir une cascade ou plus simplement franchir une porte, tous les types de franchissement de seuil peuvent permettre une téléportation. La condition préalable est de préciser sa destination. Pour le poster par exemple, la destination est l’image représentée.

La téléportation-o la plus facile à faire c’est de passer par une porte… puisqu’en général il y en a un peu partout alors qu’une cascade n’est pas toujours facile à trouver, même en rêve. De plus sauter dans un miroir ou un poster n’est pas toujours très simple, car il faut lutter contre l’effet d’attente que l’on va se prendre le mur en pleine figure, mais bon, certains y arrivent mieux que d’autres.

Donc, voilà la fameuse méthode dite de la Porte, utilisée avec succès par des onironautes du monde entier. Plantez-vous devant une porte et dite “Derrière cette porte se trouve ….” et indiquez votre destination. Ajouter un peu de visualisation aidera le rêve à mieux cerner votre demande. Certains attendent une poignée de secondes pour laisser le temps au rêve de créer le lieu, d’autres non, à vous de voir. Jouez avec l’effet d’attente et la certitude que vous allez réussir. Puis go, ouvrez la porte et traversez.

J’ai trouvé un petit défaut à cette méthode, lorsque je me trouve dans un lieu que je connais très bien, par exemple la maison familiale, je n’arrive pas à me faire croire que derrière la porte de la salle de bain se trouve l’Italie. Impossible de faire pencher l’effet d’attente en faveur de l’Italie, le décor onirique est d’une stabilité à toute épreuve, la salle de bain refuse d’aller voir ailleurs si elle y est. Dès que je fais un rêve lucide se déroulant dans cette maison et que j’ai envie d’un changement de décor, je sais qu’il faudra auparavant m’éloigner de la maison avec quelques secondes de vol.

Castaneda mentionne une autre méthode, que je ne saurais trop dans quel groupe mettre en fait. Il concentre son attention sur un objet dans le lointain et se trouve immédiatement attiré auprès de l’objet. Cette méthode lui permet de se téléporter vers un élément lointain du décor onirique.
“Dans un rêve, alors que je regardais une fenêtre tout en tentant de voir si j’arriverais à jeter un coup d’œil sur le paysage extérieur à la pièce, une force semblable à un vent, que je ressentis tel un bourdonnement dans mes oreilles, me tira dehors au travers de la fenêtre. L’instant juste avant cette traction, mon attention de rêver avait été détournée par une étrange structure placée dans le proche lointain. Elle ressemblait à un tracteur. Sur-le-champ, je fus à côté de l’engin, l’examinant. […] Puis j’eus le désir de m’orienter en observant le paysage environnant. A distance il y avait quelque chose qui pouvait être un panneau publicitaire entouré de quelques poteaux téléphoniques. Dès l’instant où je concentrai mon regard sur ce panneau, je fus près de lui.”

Quelles sont vos méthodes de téléportation onirique ?

Articles similaires:

7 commentaires sur “Téléportation-o

  1. Merci pour ces exemples, cela prouve bien que l’on peut retourner visiter un endroit déjà vu dans un autre rêve, je n’ai pas encore réussi cela, mais c’est l’une des choses que j’ai envie de tenter.

    Je n’avais pas vu la téléportation du forum, merci de l’avoir signalé 🙂 Je suis vraiment désolée que tu quittes le forum, merci pour y avoir partagé ta passion des rêves lucides 🙂

  2. Bon retour de vacances 🙂

    Pour les méthodes de téléportation, j’ai souvent utilisé le “zoom à vue” de Castaneda, sans me souvenir d’ailleurs qu’il était mentionné dans ses ouvrages. Le problème est bien sûr qu’on ne peut se téléporter que vers un élément déjà présent dans le décor. Une autre méthode que j’ai utilisé avec succès a consisté à me persuader que le décor que je voulais trouver (un joli parc avec des architectures de style aztèque que je venais de voir dans le rêve précédent) se trouvait derrière l’angle du mur d’un bâtiment. Ca a marché parfaitement et j’ai pu me retrouver dans le parc où je souhaitais me rendre et le visiter plus en détail. Une méthode fréquemment utilisée par Siiw, une rêveuse norvégienne, consiste à tracer dans l’air avec son doigt un cercle de couleur puis à passer au travers. Elle n’a jamais fonctionné pour moi sauf une fois où le cercle étant tombé par terre comme un cerceau, il a formé une plaque métallique sur le sol et, une fois que je suis monté dessus, il est descendu sous terre comme un ascenseur. En sortant de cette “cabine d’ascenseur”, je me suis retrouvé dans un autre paysage. Je ne me souviens pas d’autres exemples frappants.

    Sinon, à propos de téléportation, vous aurez sans doute pu remarquer que le forum de rêves lucides a été téléporté à cette URL : http://reveurslucides.xooit.fr/ 😉

  3. Cela à l’air tout à fait possible. Tout dépend de l’effet d’attente. Le point de vue le plus haut que j’ai expérimenté en rêve lucide m’a permis de voir une ville. Si je monte plus haut, je perds le contact avec le sol, et je vois des nuages, du ciel, puis des bâtiments qui “flottent”. Mais mon objectif était de m’envoler le plus haut possible, pas de garder un contact visuel avec le sol, donc sans doute, en s’entraînant, on doit pouvoir utiliser cette méthode. N’hésite pas à nous faire part des résultats 🙂

  4. Serait-il possible de s’élever très haut dans les airs jusqu’à voir une ville, une région, un pays, un continent, voir une partie entiere de la planète (pour ceuw qui connaissent leur géographie biensur ^^ ), sachant que le temps pour s’elever asser serais surement bien inferieur à ce qu’il faudrais en vrai car dans un rève, on peut décider que s’élever de 150 mètre suffit a voir la france, puis d’utiliser la méthode décrite dans l’article qui consiste à fixer un point et désirer se trouver amené proche de ce point en un instant, ou encore foncer cette fois vers le bas, c’est à dire redescendre à l’endroit désiré. Qu’en pensez vous ? N’arrivant pas encore à faire de rèves lucides stables je ne peut tester moi même 🙂

  5. Pise, quelle chance ! 🙂 J’aime beaucoup l’Italie, c’est un pays très riche culturellement, culinairement et historiquement.

    Je ne me souvenais plus de ce passage dans le Yoga tibétain du rêve et du sommeil, il serait très intéressant de connaître la stratégie de téléportation-o des bouddhistes qui ont une longue expérience sur le rêve lucide.

    Castenada n’explique pas beaucoup a quoi est dû ce résultat, il parle surtout de contrôler “l’attention de rêver” par le développement de son “corps d’énergie”. Je pense qu’il s’agit surtout de concentrer son attention sur un objet lointain du décor, et comme le rêve réagit immédiatement à l’attention du rêveur, il transporte le rêveur près de ce point.

  6. Bonjour Attrape-songes, et bonne rentrée! 🙂

    Merci pour ce post qui tombe à pic car c’est un de mes prochains objectifs de rêve lucide (bien que je l’ai déjà tenté avec plus ou moins de succès)

    Les méthodes que tu décris sont bien intéressantes, et je suis d’accord avec l’évaluation que tu en fais (stabilité du décor onirique, et difficulté à se convaincre soi-même -dû à notre “formatage” IRL- : notre inconscient est impossible à duper quant à nos véritables intention ;p !)

    Dans le Yoga tibétain du rêve et du sommeil, il me semble que l’auteur Tenzin Wangyal Rinpoche, explique qu’il voyage très souvent en RL (notamment vers son Inde natale), mais je ne crois pas (ou ne me souviens plus) du moyen de transport qu’il utilise. Je regarderai s’il parle de la téléportation.

    Pour la méthode de Castaneda, j’ai remarqué ce phénomène aussi, qui si je comprend bien ses conclusions, est apparenté à la visualisation?

    Merci pour ce nouveau post très instructif 🙂

    PS: c’est drôle que tu ais pris l’Italie pour exemple, car c’est là que je suis actuellement, à Pise (ponctuellement pour raisons professionnelles). Décidément, ces synchronicités! 🙂

Les commentaires sont fermés.