21 Avr

Ces personnages oniriques qui nous disent non…

handnoIl y a peu dans un rêve lucide je m’étais fixé l’objectif d’interroger un personnage du rêve. Dans une rue j’intercepte un passant au hasard, un jeune homme sympathique et qui accepte immédiatement de répondre à mes questions. Pour ne pas faire l’interview en pleine rue, je demande à une charmante vieille dame de nous prêter son salon, elle accepte immédiatement. Seulement voilà, son salon s’avére contenir un supermarché… et aussitôt j’oublie le personnage onirique pour me précipiter dans les rayons à la recherche de chocolaaaat. Après avoir fait un tour du magasin en vain j’interroge une vendeuse qui me montre le rayon du chocolat de Pâques. Après avoir débusqué un lapin en chocolat, je me souviens à nouveau de mon envie de discuter avec un personnage du rêve. Immédiatement, une passante me dirige vers un immeuble où, au 9ème étage, se trouverait un mystérieux individu à rencontrer. A cet instant, pas moins de quatre personnages oniriques se sont montrés coopératifs et dans mon esprit, il n’y a aucune raison que cela ne continue pas.

Donc, après quelques péripéties, me voilà arrivé à l’étage indiqué, pour y trouver une galerie marchande. Sentant le rêve proche de sa fin, je repère un homme âgé mais d’allure distingué assis sur un banc. Je m’approche et lui demande le plus poliment du monde s’il accepterait de discuter avec moi. Sa réponse est catégorique et brutale “Non”.
Surprise, et parce qu’un refus onirique est aussi désagréable qu’un refus réel, je songe à faire demi-tour. Durant mes rêves lucides, un tel refus catégorique ne m’est arrivé qu’un tout petit nombre de fois, et à chaque fois, je n’avais pas insisté. Mon opinion, jusqu’à ce jour, était qu’il y avait suffisamment à faire ailleurs plutôt que de perdre son temps avec des personnages oniriques récalcitrants.

Cependant cette fois là, ce non brusque me choqua profondément, d’autant plus que j’avais utilisé à la lettre l’étiquette onirique. Voulant une explication claire, et en restant toujours aimable, je lui demande « Pourquoi ? J’aimerais comprendre. ». L’homme me répond « Parce que je suis plus âgé que vous. » Et avec cette mystérieuse double communication qui a lieu parfois en rêve lucide je me perçois par ses yeux, une agaçante jeunette sur le point de lui faire perdre son temps. Il en savait clairement plus que moi sur le sens de la vie, et n’avait pas envie de transmettre cette connaissance.
Mon impulsion initiale est, je l’avoue, de lui balancer à la figure “Mais bon sang, c’est mon rêve tout de même ! Vous êtes mon f#$^ù personnage !#%*$”. Je me suis retenue et j’ai opté pour une approche plus diplomatique. Je me suis assise sur le banc, et je lui ai répondu “Vous êtes une partie de moi-même, si vous refusez de partager votre sagesse, de m’aider à comprendre, comment voulez-vous que j’évolue ?”.
Je n’ai rien eu à dire de plus, immédiatement, il accepte, il place ses mains de part et d’autre de ma tête, et un flot de pensées se déverse dans mon esprit, de ce dont je me souviens, elles concernaient surtout le sens de la vie et contenaient une telle simplicité et une telle vérité qu’elles me touchèrent profondément.

briquesCette expérience m’a fait réfléchir à ces personnages oniriques qui nous disent non. J’avais pris l’habitude de les laisser à leur refus pour chercher un personnage plus coopératif. Et pourtant, prendre la peine de surmonter ce non m’a apportée une expérience inattendue et enrichissante. Paul Tholey postule que les personnages des rêves peuvent avoir une conscience propre (en tant que fragment des processus cérébraux), c’est à dire avec des intentions et des sentiments personnels, et ils observent le rêve depuis leur propre point de vue. Robert Waggoner postule que les personnages lucides sont peut être des représentations symboliques d’un fragment de conscience semi-permanent chez le rêveur. Ils peuvent avoir une véritable complexité psychologique et représenter des briques de notre ego. Si les personnages oniriques sont bien une brique de notre personnalité, quelle brique représentent les personnages oniriques qui nous refusent leur aide et pourquoi nous la refusent-ils ?

Et si ces personnages récalcitrants étaient des parties de nous que nous avons inconsciemment rejetées et qui nous rejettent à leur tour ? Ou un aspect de notre personnalité que nous ne sommes pas encore assez mûrs pour endosser ? Dans mon rêve, il m’a suffit de mettre en avant mon envie d’apprendre pour déverrouiller ce refus. Peut être que les personnages oniriques récalcitrants sont une opportunité unique de libérer un aspect refoulé de notre personnalité ou de nos connaissances…

Articles similaires:

12 commentaires sur “Ces personnages oniriques qui nous disent non…

  1. Tout à fait d’accord, un blocage cache sans doute quelque chose à découvrir, la question est aussi de savoir comment surmonter le blocage.

  2. Super ce rêve 🙂
    Et bon à savoir ! J’aurais sans doute fait demi tour sans insister.
    Finalement on pourrait peut’être considérer que tout type de blocage en rêve, que se soit un mur un ennemie ou un refus d’obtempérer, est bon a surmonter !

  3. Cela dépend aussi du contexte. Que faisiez-vous à cet instant ? Pourquoi ce personnage a-t-il attiré votre attention ? Que ressentiez-vous, aviez-vous envie d’entendre sa réponse, ou peur de ce qu’il dirait ? Qu’avez-vous ressenti en le voyant disparaître ?
    Il est possible que sa réponse, disparaître, soit exactement ce qu’il voulait vous dire, en rêve, les réponses peuvent prendre toutes les formes.

  4. C’est vraiment très instructif.

    Je viens de rencontrer un comportement étrange : la nuit dernière, à ma question : “que voulez-vous me dire?”, un personnage de rêve s’est contenté de me regarder puis de se dissoudre et disparaître ! Qu’en pensez-vous?

  5. C’est vraiment très intéressant cet article! Je pense comme toi qu’une partie des personnages sont en faite, les autres parties notre Moi et qu’il suffit de gérer nos problèmes pour que les personnages de nos rêves nous accordent leur attention.

  6. Je n’y avais pas pensé mais de ce point de vue là, c’est vrai que c’est un brin effrayant et très intéressant parce que cela signifierait que nos personnages oniriques, en tout cas certains, ont une vraie épaisseur psychologique.
    Merci pour le livre, je connaissais Des fleurs pour algernon de l’auteur et j’avais adoré, je vais le lire avec plaisir.

  7. L’hypothèse de Tholey est fascinante.
    Et peut-être pas aussi folle qu’elle en a l’air.

    Bon, clairement c’est hyper spéculatif et invérifiable (pour l’instant). Bref, pas vraiment scientifique.
    Mais, il y a peut-être une piste à chercher du côté du syndrome des personnalités multiples.

    Sur le papier, ce syndrome parait aussi extravagant que l’hypothèse de Tholey. Une personne en souffrant peut abriter plusieurs consciences qui peuvent prendre le contrôle du corps à tour de rôle. Elles peuvent – ou pas – se connaître entre elles. Elles peuvent mener des négociations entre elles tandis qu’une autre dirige le corps. Certaines peuvent avoir des talents (parler une langue étrangère par exemple) que n’auront pas les autres… Si une telle chose est possible – et il semble bien que ça le soit – alors l’hypothèse de Tholey ne paraît plus aussi extravagante (même si ça ne prouve pas sa véracité bien entendu).

    En ce qui concerne les personnalités multiples, mes maigres connaissances viennent d’un livre dont je recommande très chaudement la lecture. C’est l’ouvrage le plus édifiant que j’ai lu ces dernières années. Il s’intitule “Les 1001 vies de Billy Milligan”. Si le fonctionnement du cerveau vous intéresse, c’est à lire absolument.

  8. C’est vrai qu’accepter l’idée que les personnages du rêve ont leur propre perception du rêve donne une curieuse impression en rêve lucide. Tant que l’on respecte une certaine étiquette en rêve, ils semblent même doués de leur propre libre arbitre. Il est cependant facile de les priver de libre arbitre en jouant sur l’effet d’attente et de leur imposer notre volonté, mais cela rend en effet le rêve plus fade.
    Également dans une certaine mesure, tous les personnages du rêve ne semblent pas avoir le même niveau d’autonomie, c’est pour cela qu’en rencontrer un qui vous refuse son aide et réagit de façon totalement autonome est vraiment étonnant et une belle opportunité.
    Dans ton rêve les personnages venus te donner un coup de main étaient aspirés par ta volonté et ton effet d’attente et agissaient comme des “pantins” alors que le docteur semblait insensible à ton contrôle. En rêve on réagit toujours par des pulsions primaires, sans doute parce que les mécanismes naturels de régulation de la conscience sont fortement limités, la prochaine fois que tu croises le docteur Read, demande lui peut être pourquoi elle agit ainsi, et sa réponse sera sans doute très intéressante.

  9. C’est étonnant de lire que les personnages oniriques ont leur propre conscience !! c’est comme avoir des petit bonhomme qui vivent à l’intérieur de nous en symbiose (j’imagine toujours le dessin animé “il était une fois la vie”).
    Il est vrai qu’en rêve lucide on ne veuille pas s’attarder sur des personnes qui refuse notre présence (bizarre d’ailleur) parce qu’en tant que débutant le temps en rêve lucide est précieux et nous rapproche toujours un peu plus vers l’éveil donc c’est embêtant de chercher le pourquoi du comment qu’ils veuillent pas me parler …
    Cette nuit j’ai fais un rêve lucide (toujours grâce à la paralysie du sommeil je sais pas faire autrement), je me suis concentrer que sur mes main pour la stabilisation et j’ai voulu directement aller dialoguer avec un personnage (je me suis imaginer le docteur Elliot Read dans la série Scrubs car je la trouve pétillante et drôle).
    Je l’ai trouvé sur mon ancien balcon (maison d’enfance) après avoir ouvert une fenêtre et espéré qu’elle soit là.
    Elle était là mais soucieuse , et je lui ai poser plein de question dont je me souviens même plus le sens et je sentais que je la faisais ch*** .
    Elle pensait véritablement à autre chose et m’ignorais presque ! Et là ça m’a gonflé de me sentir invisible et des gens sont venu (je sais pas d’où ils sortaient ) et m’ont aidé à balancer le docteur Read par dessus le balcon (non je ne suis pas un meurtrier dans la vie réel je vous rassure)et l’ambiance est devenu beaucoup plus festive tout a coup mais le rêves est devenu plus fade aussi je pense avoir perdu ma lucidité suite au lachage de cette femme qui déprimait.

Les commentaires sont fermés.