28 Avr

Le Livre Rouge de Carl Jung

Le livre rouge de Carl JungA elle seule, l’histoire du Livre Rouge de Carl Jung saisit l’imaginaire avant même d’avoir ne serait-ce que soulevé la couverture pour jeter un coup d’œil à l’intérieur. Mais quel coup d’œil ! En 100 ans, le nombre de personnes ayant pu voir le livre rouge se limite à une minuscule douzaine. Dans le ciel de la psychologie, la publication du livre rouge fait l’effet d’un coup de tonnerre.
Carl Gustav Jung fut, dans un premier temps, un ami et un collaborateur de Freud pendant une période d’approximativement 5 ans (de 1907 à 1913). L’article dédié à Jung sur wikipedia offre un compte-rendu passionnant de l’amitié qui unit les deux hommes, suivie d’une rupture lorsque Jung s’éloigna de la sphère d’influence de Freud pour forger ses propres théories.

Freud a ouvert l’accès des rêves et de l’inconscient. Pour lui, l’interprétation des rêves était la voie royale qui mène à l’inconscient. Mais dans la psychanalyse freudienne, les rêves sont essentiellement la manifestation de désirs réprimés, désirs principalement sexuels. Jung prit ses distances avec ces théories pour fonder son propre courant en 1913, qu’il baptisa psychologie analytique.

Les théories de Jung reposent sur des concepts clés tels que les archétypes, l’inconscient collectif ou la synchronicité.

Intéressé par le mysticisme et les sciences occultes, Jung s’est aventuré dans les territoires profonds de l’inconscient, qui font de sa quête pour la psyché une quête quasi-spirituelle.

Jung a consigné cette quête du mystère de l’inconscient, ses rêves, hallucinations, et épisodes quasi-mystiques, visionnaires, qui le firent douter de sa propre santé mentale, dans un journal de bord. Pour produire ce récit, Jung utilisa une méthode de son invention baptisé l’imagination active. Le récit de cette quête est consigné dans un ouvrage, appelé Livre Rouge (allons, faisons le pari fou que c’est à cause de la couleur de sa reliure) ou ayant pour titre original Liber Novus (nouveau livre en latin). Il fut écrit à partir de 1914, peu de temps après sa rupture d’avec Freud, et continué jusqu’en 1930.

Jamais publié, précieusement conservé au fond d’une banque suisse, le livre rouge est resté un mystère pendant près d’un siècle. Qualifié de Saint Graal de l’inconscient par le New York Time, le livre rouge offre une clé d’accès unique à l’espace intérieur de Jung. C’est sans doute pour cette raison que ces héritiers ont férocement protégé le livre pendant plus d’un siècle, voulant garder la vie privée de Jung, euh, eh bien privée. Pourtant, lorsque l’on sait que cette vie privée intérieure est le cœur même de son travail et de ses théories, il n’est pas étonnant que ce mystérieux livre ait suscité bien de la curiosité et des convoitises.

Dans un étonnant revirement, les héritiers se sont laissés récemment fléchir, en partie parce que des copies partielles ont été retrouvées et que les héritiers voulaient en contrôler la publication pour protéger l’oeuvre de Jung de ses détracteurs. L’histoire de la publication du livre rouge est raconté dans le détail dans cet article du New York Times.

Après un minutieux travail de numérisation, le livre a été mis en vente à la fin de l’année dernière. Résultat, suite à sa publication, et malgré son prix, le livre rouge, se vend comme des petits pains. Dès qu’une fournée est mise à disposition, elle est pratiquement immédiatement en rupture de stock, et parions que l’intérêt n’est pas prêt de s’essouffler, ce qui prouve l’incroyable influence qu’ont toujours les théories de Jung.

Après un détour dû au volcan Islandais, la poste vient enfin de me livrer ce mystérieux livre. Il se présente comme un ouvrage massif en deux parties. Dans la première partie se trouve minutieusement numérisé les 205 pages écrites en allemand de l’ouvrage original. Le récit est soigneusement calligraphié, avec un style médiéval, et pour ceux qui ne comprennent pas l’allemand (comme moi…) il vaut surtout pour les superbes illustrations mystiques. La deuxième partie est (dieu merci) une traduction anglaise. Parions qu’il faudra attendre un certain temps avant qu’une traduction française n’existe, et encore un siècle ou deux avant la sortie en format poche.

Plus qu’un mystère historique, ou la brique manquante de la psychanalyse, l’ouvrage de Jung est avant tout pour moi la preuve que chaque homme (ou femme…) détient la clé d’accès à son intériorité.

J’aimerais écrire un autre billet après lu ce magnifique ouvrage, et j’espère réussi à en comprendre ou moins quelques morceaux, mais parions que ce billet ne verra pas le jour avant plusieurs mois, voire plusieurs années…

Le livre rouge de Carl Jung

Articles similaires:

18 commentaires sur “Le Livre Rouge de Carl Jung

  1. oui il vient de sortir a la fnac aujourd’hui 08 septembre 2011 , il est superbe il vaut 200 euros , les illustrations sont tres belles , bon achat pour tous .

  2. Merci, je l’avais vu en effet 🙂 Il est encore en pré-commande, j’attends le retour des premiers acheteurs pour voir si la qualité est la même que la version anglaise, le prix étant nettement (et très curieusement) beaucoup plus élevé.

  3. Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour cet excellent site grâce auquel j’ai beaucoup appris sur les rêves, même non lucides.

    Je viens de voir qu’Amazon avait placé cet ouvrage en précommande ici : http://www.amazon.fr/Livre-Rouge-Carl-Gustav-Jung/dp/2352041414/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1311153061&sr=1-1 (je pense que ce type de réservation doit être possible sur d’autres sites ou chez un bon libraire). Aimant beaucoup la pensée de Jung, je vais acquérir ce livre qui doit être passionnant 🙂

    Bonne lecture et faites de beaux rêves.

  4. J’ai eu la chance de pouvoir me permettre de me l’offrir, et je confirme que c’est un magnifique ouvrage qui, rien que pour ses superbes illustrations vaut largement son prix! 🙂

  5. Mon compte en banque aussi m’a fait un peu la tête, mais je ne regrette pas. L’ouvrage est vraiment énorme et un magnifique travail de numérisation, il vaut très certainement son prix. Du coup, je regrette de ne pas avoir appris l’allemand pour essayer de comprendre directement la partie écrire de la main de Jung.
    Il faudrait peut être pousser les bibliothèques à se le procurer, en consultation libre, si ce n’est pas déjà fait.

  6. J’ai très envie de me le procurer (pas de souci pour l’anglais), même si mon compte en banque en a moins envie que moi 😀

  7. C’est sur qu’en vrai, en livre ça doit être magnifique si un jour il sort en français (on peut tjs en rêver) je casserai ma tirelire.

  8. Surprenant mais c’est bien le livre, mais bon, ça ne devrait pas m’étonner qu’on le trouve sur internet. Cependant, pour la partie correspondant à l’original numérisé, cela ne lui rend définitivement pas justice, notamment pour les dessins.
    Pour la traduction française, je n’ai aucune information, mais les droits d’édition étant détenus par un éditeur américain (WWNorton) qui à première vue ne fait que des publications anglaises, je pense qu’il faudra attendre un certain temps avant une parution française, peut être même plusieurs années.

  9. voici le lien ou il y a moyen de le consulter (ou télécharger)

    Mais quand est-ce qu’il paraitra en français?

  10. C’est vrai que du coup, cela donne envie de relire l’oeuvre de Jung et “Ma vie” est certainement le meilleur ouvrage pour commencer.

  11. Très bel ouvrage! Et c’est peut-être aussi l’occasion de relire Jung ou de le découvrir, par exemple avec son autobiographie “Ma vie” disponible en livre de poche.

  12. C’est tout a fait ça ! Il fait vraiment une très curieuse impression ce livre. On a presque peur de le lire de peur de ce que l’on pourrait conjurer par mégarde 😉

  13. Oh, c’est splendide ! Et avec l’écriture allemande gothique de l’époque, ça en jette un max ! On dirait vraiment un livre d’occultisme sorti d’un film fantastique ! 😀

Les commentaires sont fermés.