09 Juin

Le dernier restaurant avant la fin du rêve

gateauComment mettre un peu de saveur dans nos rêves lucides ?
De nos cinq sens, la vue et l’ouïe sont les plus sollicités en rêve, nous utilisons aussi un peu le sens du toucher mais très rarement l’odorat et le goût, pourtant le plaisir gustatif des rêves lucides n’a aucune conséquence de poids.

Quelle injustice d’oublier les narines et les papilles dans le monde onirique ! Doux, amer, sucrée, chocolaté, fruité, épicé, tant de délices à savourer …

Vous voyez de la nourriture dans votre rêve ? Un plat, une personne en train de manger, un restaurant ? Et bien n’hésitez plus à faire une petite pause saveur. Prenez le temps de voir, sentir puis déguster votre plat. Vous êtes le critique culinaire de votre propre inconscient, voilà qui ajoute un peu de piment au rêve lucide !

Bien sûr, les aliments sont soumis à interprétation, comme le reste du contenu du rêve (lire l’article sur l’interprétation des aliments).

Dans d’autres billets j’ai déjà parlé de la source de créativité que constituent nos rêves, l’artiste, le sculpteur, l’écrivain ou le musicien en chacun de nous peut y puiser directement l’inspiration. Il existe tant de métiers qui peuvent se porter au rang d’art qu’il serait trop long de les citer tous, mais ici nous pouvons ajouter le chef cuisinier à cette liste. Nouvelles idées de recettes, de saveurs, de mélange, aucune convention sociale ne stoppe votre inconscient !

Alors à vos fourchettes oniriques et rendez-vous donc dans le dernier restaurant avant la fin du rêve …

Articles similaires:

6 commentaires sur “Le dernier restaurant avant la fin du rêve

  1. Très bonne question. Il y a de nombreux témoignages, et ça m’est arrivé aussi, sur le fait de mourir en rêve, sans aucune conséquence particulière, en fait j’ai même rêvé d’une forme d’après-vie, c’était plutôt instructif. J’ai très rarement ressenti la douleur, mais cela peut arriver. Par contre, j’ai l’impression qu’il y a un mécanisme d’auto-défense, si le rêve est trop effrayant, douloureux, difficile ou autre, on se réveille. Je crois que l’inconscient essaie quand même de nous protéger dans nos rêves, et n’a aucun intérêt à se faire auto-souffrir.

  2. Donc en fait il y aurait un danger à rêver lucidement ?
    Etant donner que l’on peu ressentir un gout qui n’existe pas (ce n’est pas parce que je mange une glace en rêves que je tiens une glace dans mon lit en réel)on peut également ressentir la douleur (qui n’a jamais fais un cauchemars dans lequel il avait la nette impression de ressentir une souffrance corporelle).
    Est ce que cette sensation peu devenir dangereuse comme le mythe de mourir en rêve donc en réalité également ?

Les commentaires sont fermés.