15 Déc

De la sérendipité… onirique

Sérendipité … voilà un mot chargé d’une étrange poésie. Curieux paradoxe, découvrir par hasard ce mot mystérieux et chercher à en percer le secret, c’est cela la sérendipité.

L’origine du mot

Le mot « serendipité » apparaît pour la première fois dans une lettre de Horace Walpole en 1754. Il s’inspire pour ce néologisme d’un conte persan appelé « Les 3 princes de Serendip » (Serendip est l’ancien nom donné au Sri Lanka en vieux persan).

L’histoire raconte comment 3 princes partis à l’aventure, doués d’un esprit vif et d’une grande capacité d’observation, remarquent des détails échappant aux autres et en tirent des conclusions justes. Ils savent ainsi décrire un chameau qu’ils n’ont pourtant jamais vu simplement en observant les traces de son passage.

« Moi, c’est par pure déduction que j’ai affirmé : ce chameau est borgne, j’ai vu tout le long du chemin que les plantes et les épines n’étaient broutées que d’un côté. J’en ai conclu qu’il était borgne et qu’il était obligé de paître sur un seul côté ».

C’est par hasard qu’ils se sont trouvés sur le même chemin que le chameau et ont donc vu les traces de son passage, mais c’est avec perspicacité qu’ils ont su décrypter l’origine de ces traces alors qu’un autre passant n’aurait rien remarqué.

Définition de la sérendipité

La sérendipité pourrait se définir par « découverte fortuite », mais ce serait prendre un raccourci. En fait, la sérendipité se trouve en amont de la découverte, il s’agit d’une capacité que l’on pourrait appeler sagacité, ou perspicacité, qui permet à son possesseur alors qu’il voit quelque chose d’inattendu, d’en comprendre toute la portée. En l’ajoutant comme ingrédient de sa réflexion, il en tirera une découverte, une nouvelle théorie ou quelque chose d’utile.

Les crochets de la badianeLa découverte du velcro est un exemple classique de sérendipité. Un ingénieur faisait une randonnée en montagne lorsqu’il nota une fois de plus que ces ennuyeux fruits de bardane s’accrochaient à ces vêtements et aux poils de son chien. Il les examina sous un microscope pour en comprendre la raison et les minuscules crochets des fruits lui donnèrent l’idée de la fermeture velcro.

D’autres exemples sont la découverte de l’Amérique, le botox, le micro-onde, les grottes de Lascaux, la pénicilline …

Le premier ingrédient de la sérendipité, c’est le hasard : l’inattendu, la coïncidence, la chance, la surprise, l’accidentel, l’imprévisible. Mais le hasard seul, sans un observateur à l’esprit curieux ne déboucherait sur rien.

Le deuxième ingrédient de la sérendipité est donc un esprit « préparé ». Etre à l’écoute et observateur du monde qui nous entoure, ne pas chercher à lui apposer ses idées préconçues et accepter de se laisser surprendre.

La découverte qu’une interruption du sommeil favorise la lucidité est un autre exemple de sérendipité. Cette méthode d’induction a été découverte par hasard, par Stephen Laberge mais aussi par d’autres onironautes. Stephen Laberge avait recherché le point commun reliant plusieurs activités supposées favoriser la lucidité, méditation matinale, lecture, vomir, relations sexuelles … Avant de réaliser que toutes ces activités impliquaient de se réveiller durant la nuit avant de retourner se coucher. Et il existe encore sûrement de nombreuses méthodes d’induction qui n’attendent que la perspicacité des onironautes pour être découvertes…

Les rêves peuvent être considérés comme le facteur hasard de la sérendipité. Les rêves sont à la source de nombreuses inventions: la machine à coudre, la table de classification des éléments, la théorie de l’atome de Niels Bohr, Twilight, l’invention de Google etc. Souvent ils sont le prolongement nocturne de la réflexion de l’auteur sur un sujet particulier, mais pas toujours, et dans tous les cas il faut un esprit préparé pour savoir comprendre l’intelligence des rêves et y puiser son inspiration.

Dans la vie de tous les jours

La sérendipité n’est pas réservée qu’aux grandes découvertes ou aux grands esprits. Ces exemples sont remarquables car ils ont eu un large impact sur le monde, cependant la sérendipité est une capacité que tout un chacun possède, et les découvertes, même modestes, issues de la sérendipité peuvent avoir un petit impact sur notre vie de tous les jours.

Par exemple, en retournant au travail, un jour, après la pause de midi, j’ai manqué mon bus habituel. Le suivant arrivant beaucoup trop tard, j’en ai pris un autre, d’une ligne que je ne connaissais pas mais dont l’arrêt avait l’air à proximité de ma destination. Mais les distances sont trompeuses sur un plan, et le chemin pour rejoindre ma destination s’avéra plus tortueux que prévu. Je me retrouvai à couper à travers champs, un peu perdue, lorsque brusquement je débouchai sur un charmant petit parc. Il se trouvait à proximité d’un lieu où je me rendais quotidiennement, mais que, parce que je ne déviais jamais d’un chemin tracé à l’avance, je n’avais jamais remarqué. Grâce à cette découverte accidentelle, parce que j’avais raté mon bus, j’ai eu l’opportunité d’y prendre des pauses de midi ensoleillées.

Autre exemple de sérendipité pour moi, il y a quelques années, ce fut la découverte des rêves lucides. Alors que je cherchais sur Internet des informations sur l’auto-hypnose, je me suis retrouvée à dériver de site en site, allant de l’auto-hypnose à la méditation, de la méditation aux OBE puis des OBE aux rêves lucides. J’avais déjà eu des rêves lucides auparavant, mais j’ignorais leur appellation et que l’on pouvait les induire volontairement.

Dernier exemple de sérendipité, il y a quelques semaines, alors que je feuilletais au hasard dans une librairie un livre sur la santé par les aliments, je suis tombée sur une phrase décrivant les miracles du jus de myrtilles notamment sur le cerveau et la mémoire. Cela m’a rappelé que certains jus de fruits sont des aliments lucidogènes mais je n’avais jamais eu l’idée de tester le jus de myrtilles en particulier. Chose aussitôt dite, chose aussitôt faite, les premiers résultats sont encourageants et semble indiquer que le jus de myrtilles favorise la remémoration onirique.

Un peu de sérendipité dans sa vie

Faire entrer la sérendipité dans sa vie c’est accepter de se laisser surprendre, de croire que les évènements anodins de la vie peuvent contenir des leçons riches d’enseignement.

Lorsqu’un imprévu se produit, grève des transports, bouchons sur l’autoroute, plutôt que de s’impatienter, sautez sur l’opportunité de prendre un autre chemin, peut être y trouverez-vous une jolie place, un beau point de vue, un magasin utile…

Au supermarché, tentez des fruits ou légumes que vous n’avez jamais goûtés, même si vous ignorez totalement comme les cuisiner, vous chercherez plus tard.

En surfant sur Internet, musardez de lien en lien, sans autre but que de visitez des territoires inconnus.

A la librairie ou dans une bibliothèque, allez dans des rayons que vous ne visitez jamais, fermez les yeux et prenez un livre au hasard.

Un ami propose une sortie qui ne vous tente pas, quelque chose que vous n’auriez jamais fait de vous-même et qui ne vous fait pas envie, tentez l’aventure : saut en parachute, cours de cuisine, cours de danse, film … Qui sait, vous serez peut être surpris par vous-même.

En vous promenant dans la rue, prenez le temps de regarder les passants, les boutiques, les arbres, les oiseaux, l’architecture des maisons, gardez l’esprit curieux et ouvert.

En vous réveillant le matin, rappelez-vous vos rêves et laissez votre esprit tourner quelque instant en roue libre, pour y puiser peut être une idée nouvelle …

Source:

De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu

Articles similaires:

10 commentaires sur “De la sérendipité… onirique

  1. Pingback: Infobésité/Sérendipité by Innovation - Marketing - Pearltrees

  2. Pingback: Réseaux sociaux by munoz - Pearltrees

  3. Pingback: Idées by clairemm - Pearltrees

  4. Pingback: Serendipity-Sérendipité by noosquest - Pearltrees

  5. Il existe de nombreux cas de sérendipité, et souvent d’ailleurs, les chercheurs hésitent à dire la “vraie” origine de leurs découvertes, tant le hasard est mal considéré, donc il en existe sans doute aussi beaucoup que l’on ne connaîtra jamais.
    Dans le livre indiqué en source de l’article “De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit” les auteurs indiquent que le cas de la pomme de Newton serait peut être un cas de sérendipité “inventé”, certaines sources mentionnent que Newton aurait inventé cette histoire sur la fin de sa vie, on ne saura sans doute jamais dans quelle mesure l’histoire est authentique.

  6. C’est par pur hasard que je suis tombé sur ce blog et ai lu cet article 🙂 Et dorénavant je vois les choses d’un autre oeil…

    Plus sérieusement, je crois que vous avez oublié un des plus grands exemples de sérendipité : la pomme de Newton.

    Non?

  7. “Zemblanité” est vraiment intéressant. Je m’amuse déjà à en imaginer un adepte frustré…
    Merci pour tous ces jolis concepts en tout cas !

  8. Un mot que je ne trouve pas des plus beaux, mais qui contient quelque chose d’intéressant. D’ailleurs, la posture décrite en fin d’article est au final assez proche de celle d’un écrivain avide d’inspiration…

    Mais tout de même, cette syllabe en “dip”… quelle horreur! A cause d’elle, mon cerveau rapproche “sérendipité” avec “adipeux”…

  9. J’aime bien le début du mot qui m’évoque le mot sérénité, et je pense qu’il faut en effet un calme intérieur pour être ouvert et à l’écoute des leçons de l’inattendu.
    Mais sinon, certaines personnes proposent de traduire serendipity par “Zadigacité” (Zadig + perspicacité) du conte philosophique Zadig de Voltaire qui s’est inspiré du conte les 3 princes de Serendip.
    A voir aussi l’excellent mot Zemblanité qui est le contraire de la sérendipité : faculté de faire systématiquement et exprès des découvertes attendues mais malheureuses et malchanceuses et n’apportant rien de nouveau. 🙂

Les commentaires sont fermés.