20 Juin

De l’autosuggestion à l’autohypnose

Pendant les rêves ordinaires, notre conscient cède la place à l’inconscient et perd tout contrôle. L’inconscient prend les commandes de nos nuits et nous entraîne dans de folles aventures oniriques.
Un coup de main de notre inconscient peut donc favoriser un DILD (rêve lucide initié depuis un rêve ordinaire). Et les outils pour programmer notre inconscient existent depuis longtemps et sont reconnus des psychothérapeutes.

Autosuggestion

La célèbre méthode Coué est une méthode d’autosuggestion.

« Si vous vous persuadez vous-même que vous pouvez faire une chose quelconque, pourvu qu’elle soit possible, vous la ferez, si difficile qu’elle puisse être. » Coué

Une suggestion est une « influence exercée sur notre comportement », le plus souvent par autrui. Cette influence peut être si subtile qu’elle modifie notre comportement sans même que nous le réalisions à un niveau conscient.

Dans le cas de l’autosuggestion il s’agit « d’une suggestion dont on est à la fois l’auteur et l’objet ». Par l’autosuggestion, nous programmons notre comportement au niveau de l’inconscient. Par exemple, pour Coué, il s’agissait d’améliorer son état de santé, aussi bien physique que moral, en répétant plusieurs fois par jour :
« Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. »

L’autosuggestion repose donc sur la répétition de quelque chose de positif, jusqu’à ce que cette répétition s’ancre dans l’inconscient.

Plusieurs techniques d’induction de rêves lucides reposent sur l’autosuggestion:

  • La méthode MILD utilise la mémoire prospective. Le rêveur s’autoprogramme pour se souvenir qu’il rêve lorsqu’il est dans une situation onirique reconnaissable par le caractère irréaliste ou loufoque du monde l’entourant.
  • La méthode des tests de réalité est la programmation d’un automatisme au niveau de l’inconscient par la répétition. Le rêveur s’autoprogramme pour réaliser des tests de réalité aussi souvent et régulièrement que possible, et ainsi tôt ou tard, il effectuera des tests de réalité en rêve.
  • Une autre méthode repose sur la reconnaissance d’un symbole onirique tel que ses mains (méthode Castaneda), des lumières qui clignotent (avec l’aide d’un appareil externe de type NovaDreamer), ou tout autre symbole récurrent de notre monde onirique personnel. Cette méthode repose sur trois clés :
    • Le moment : nous sommes plus sensibles à l’autosuggestion le soir, juste avant de se coucher ou tout en s’endormant.
    • La formulation : il faut trouver la bonne formulation par exemple « Cette nuit, quand je verrai [mon symbole onirique] je saurai que je suis en train de rêver ». Et tout en faisant l’autosuggestion, effectuer l’action ou  s’imaginer en situation. Par exemple si votre symbole onirique est vos mains, regardez vos mains en imaginant que vous réalisez que vous rêvez, si votre symbole onirique est un chien volant, visualisez mentalement la scène comme si vous rêviez y compris la réalisation soudaine que vous rêvez.
    • La répétition : se répéter plusieurs fois, avec toute la force de sa conviction, cette autosuggestion.

Autohypnose

L’autohypnose est une forme légèrement plus poussée d’autosuggestion. C’est une méthode passionnante à connaître d’un point de vue développement personnel.

La première fois que j’ai tenté l’autohypnose, j’ai utilisé une méthode rudimentaire consistant à compter de 1 à 10 en visualisant une descente et demandant qu’à 10 ma main commence à s’élever toute seule. Je n’y croyais pas trop, mais j’ai tenté l’expérience. Arrivée à 10, rien …, j’ai continué à compter tout en me suggérant que ma main devenait de plus en plus légère, j’ai compté jusqu’à 20, puis 30 puis 60, toujours rien, puis 90 et brusquement alors que j’atteignais 100 ma main a commencé à s’élever toute seule avec une curieuse sensation de légèreté, de picotements et d’électricité dans mon bras.
Cette expérience a entraîné une brusque réalisation qu’un « autre moi » se trouvait sous la couche de mon conscient. Entre connaître le concept d’inconscient et l’expérimenter se trouve un véritable gouffre.

En premier lieu il faut préparer ses suggestions hypnotiques avant de commencer. La phrase à utiliser doit être aussi claire que possible, et ne comporter aucune négation (l’inconscient ne les comprend pas), par exemple : « la prochaine fois que je rêverai je veux me souvenir de reconnaître que je suis en train de rêver »  ou « cette nuit, je vais reconnaître que je rêve » ou « cette nuit je vais voir un symbole personnel qui va m’aider à devenir lucide » etc.

Il existe de nombreuses méthodes d’autohypnose, voici une technique simple à pratiquer le soir.

Fermez les yeux. Visualisez mentalement un escalier, ascenseur, une corde, enfin bref quelque chose qui descend, et dites vous « je vais compter de 10 à 1, et à 1 je serais dans un état d’autohypnose ». Puis visualisez-vous en train de descendre tout en comptant. Accompagnez chaque compte d’une suggestion. Commencez par des suggestions vérifiables concernant votre environnement « Je suis dans ma chambre », puis petit à petit ajoutez des suggestions sur une impression de lourdeur et de chaleur dans votre corps « Mon corps est détendu, lourd, et je ressens une agréable chaleur », la relaxation du corps favorise l’autohypnose. Et aussi souvent que possible renforcez la visualisation de votre descente,  « et je continue à descendre/m’enfoncer, je vais de plus en plus profond, vers un état d’autohypnose ».

A 1 déclarez avec confiance « A présent je suis en état d’autohypnose ». Vous pouvez faire léviter votre main pour confirmer l’état d’autohypnose : « Ma main, peut être la main droite, ou la main gauche, est de plus en plus légère, elle s’élève comme tirée par des ballons … ». Insistez jusqu’à ce que votre main s’élève : « légère, elle s’envole, de plus en plus haut … »

Puis placez la suggestion choisie pour vous souvenir de votre état de rêve, par exemple : « cette nuit, je vais reconnaître que je rêve ».

Finissez en disant, « je vais compter de 1 à 3 et à 3 je serai sorti de l’état d’hypnose, détendu et prêt à dormir ». Une fois atteint le chiffre 3 ouvrez les yeux et étirez-vous doucement.

Pour en savoir plus sur les techniques d’autohypnose, il existe de nombreux livres, je vous conseille l’excellent livre Auto-hypnose : Un manuel pour votre cerveau de Kévin Finel qui a en prime un chapitre sur les rêves lucides.

L’efficacité de la technique d’autohypnose semble s’émousser si on l’utilise trop régulièrement, je ne l’utilise que épisodiquement.

Articles similaires:

19 commentaires sur “De l’autosuggestion à l’autohypnose

  1. 24h ? Il nous faut des détails ! En général, on considère que le temps qui s’écoule dans le rêve correspond au temps dans la réalité, et donc un rêve ne dépasse jamais 30 minutes maximum. De plus, avec des rêves longs, il est difficile de bien se souvenir au-delà des 10 ou 15 dernières minutes du rêve. Les rêves donnant le ressenti de durer plus longtemps ce serait à cause des ellipses donnant l’impression que le rêve dure sur une longue période (exemple d’un seul coup c’est la nuit et on est ailleurs, mais on ne se rend pas compte de cette transition brutale).
    Mais ce sont des hypothèses, peut être que des témoignages pourraient remettre cela en question ? Alors plus d’infos, please.

  2. je m’intéresse beaucoup à l’auto hypnose je suis arrivé a des résultat impressionnant des les première tentatives mais y a t-il un age plus favorable pour commencer l’apprentissage de l’auto hypnose?

  3. J’ai essayé de m’hypnotiser en comptant et en me persuadant que ma main allait s’élever. Au début, ca n’a pas marché. Puis j’ai décidé de ne pas me fixer de limites, de me dire que quand j’aurais fini de compter, j’ouvrirais les yeux et je verrais ma main s’elever. j’ai compter et j’ai commencer à imaginer que ma main montais devant moi, et que je faisais “Hoooo, Hoooo, ma main monte!”. Et oui, pour les sceptiques, ça marche ! Sauf que dès que j’ai senti ma main plus légère, j’étais tellement étonnée que j’ai focalisé mon attention sur ma vraie main sans faire expres, et elle est retombée.

  4. Je préfère faire l’auto-hypnose les yeux fermés.
    La technique que j’indique ne permet pas de se retrouver directement dans un rêve lucide à l’issu de l’auto-hypnose. On prépare juste la nuit prochaine, pour qu’à un moment de la nuit, on devienne peut être lucide.
    Il existe une méthode qui en théorie permet de passer directement de l’auto-hypnose au rêve lucide dans le livre Auto-hypnose : Un manuel pour votre cerveau de Kévin Finel mais elle me semble assez difficile pour un débutant.

  5. Faut-il faire l’auto-hypnose les yeux fermés ?
    A la fin de l’auto-hypnose on doit ouvrir les yeux s’étirer doucement et boum on est dans un reve lucide ?

  6. Oui, tout à fait, on peut se faire sa propre bande d’autohypnose, du coup, cela va sans doute induire un lâcher prise plus profond et une transe plus profonde puisqu’il n’y a pas à garder l’étincelle de conscience qui dirige la transe, donc il faut encore plus faire attention aux suggestions que l’on se fait.
    Le mieux est sans doute d’y aller progressivement, pour voir la façon dont on réagit à l’hypnose et à quel point on est suggestible, avant de se faire des suggestions trop violentes ou pouvant être mal comprises par l’inconscient.

  7. Justement pour éviter un éventuel danger , peut-on s’enregistrer ? Dire à haute voix les phases de l’hypnose avec la porte de secours pour s’éviter une erreur fatal … genre “et maintenant mon corps se paralyse” et pouf on reste bloqué …
    Ainsi, le magnéto sert d’hypnotiseur afin de rentrer en phase de détente avec une fin programmée.

  8. Je pense que la phrase d’induction “maintenant mon corps se paralyse” peut être dangereuse pour une personne très suggestible, il faut toujours se laisser une porte de sortie du style “pour 3 minutes”. Je ne suis pas certaine que cela marche, la paralysie du corps n’est pas exactement le même processus qu’une paralysie du sommeil provoquée par le cerveau. Peut être plutôt une phrase du type “je vais rester immobile jusqu’à ce que je m’endorme”, puis sortir de la transe et attendre qu’une paralysie se déclenche puisque l’on ne réagit pas au signal de bouger.
    En tout cas ce que tu dis est très intéressant sur la sensation entre WILD et DILD, surtout du point de vue d’une personne qui a débuté avec des WILD. Avec un WILD, surtout provoqué par une paralysie du sommeil, la phase de transition vers le rêve et s’extraire du corps peut être difficile, alors qu’en DILD, puisqu’il n’y a aucune transition, on n’a pas le problème de s’extraire et on est directement plongé dans un rêve aux couleurs vives. Puisque que tu t’es entraîné avec des WILD, l’effet d’attente joue et même en DILD tu as des difficultés à t’extraire de ton corps et vois le rêve comme noir. Il faut juste jouer un peu avec l’effet d’attente pour le prochain DILD, et si tu n’arrives pas à bouger, imagine toi que tu es tiré par une personne, ou par une corde.

  9. Très surprenant!
    J’ai pratiqué la relaxation et l’autohypnose. J’ai du faire un cycle de décomptage de 10 à 0, peut être deux quand je me suis rendu compte de quelquechose d’étrange.
    De mon lit, mon regard se porta sur la fenêtre de ma chambre et tout à coup, j’ai capté des bribes de conversations. En écoutant plus attentivement, j’ai remarqué que ça parlait de moi et que ça prenait la tournure habituelle d’un rêve récurrent. Celui-là même que j’avais choisi pour devenir lucide en rêve.

    Je suis assez content et surpris car c’est la première fois que je deviens lucide au beau milieu d’un rêve. Ce qui est drôle, c’est que comme je rêvais que j’étais dans mon lit en train de pratiquer l’endormissement conscient et l’autohypnose, mon point de départ fût le même que quand je pratique la méthode WILD, à savoir mon lit, mon corps. La grande différence fût que l’extraction de mon corps se fît à la vitesse du vent et que ma chambre en rêve était lumineuse et très colorée.

    C’était très beau. Une première pour moi car étant débutant, j’en suis encore à ne pas bien réussir à m’ancrer au rêve qui demeure bien noir. Le rêve, en revanche fût le plus court de mon expérience et mon corps était incontrôlable. J’ai juste eu le temps de m’extraire et d’apercevoir ma chambre.

    Rêve qui fût suivi d’un faux réveil avec ma colloc qui entre dans ma chambre pour me dire “il faut se réveiller sinon tu ne verras pas le levé des aristocrates”. Suite à quoi je me suis reveillé pour de bon!

  10. Ah bon? personnellement ça me semble au contraire être plus facile. Quand je suis allongé le soir avant de dormir et que je pratique la relaxation, respiration profonde puis le décomptage de 10 à 0 avec toutes les étapes de descente et de détente, je me sens très très proche d’une paralysie du someil. Ce soir je compte essayer cette méthode puis la suggestion “maintenant mon corps se paralyse puis je vais rester conscient” tout en maintenant l’autohypnose sans transition. Je ne sais pas si ça va marcher mais je le sens bien comme ça. Demain en revanche, si ça n’a pas marché je ferai la transition comme vous me le conseillez. Je viendrai pour vous tenir au courant de la poursuite de mon objectif..
    On ne sait jamais!
    Merci encore.

  11. Vous pouvez laisser la main levée tant que l’état d’auto-hypnose dure, mais si cela vous dérange, demandez simplement quelque chose du style “Et maintenant ma main se repose, elle devient lourde…”. Il n’y a pas de risque de confusion, l’inconscient sait traiter plusieurs demande à la fois, si je me souviens bien, il sait même traiter plus d’instructions que le conscient.
    Pratiquer un endormissement conscient en état d’auto-hypnose est très difficile. Le mieux est d’entrer en état d’auto-hypnose, se faire la suggestion (avec ou sans le test de la main pour vérifier son état), sortir de l’état d’auto-hypnose, et seulement se relaxer pour s’endormir.

  12. J’ai essayé votre méthode hier soir et j’ai été surpris de ma réussite rapide. Merci donc!
    En revanche, une question me reste. Etant sujet naturellement à des PS conscientes, je pratique la méthode WILD le soir au coucher. L’autohypnose s’est avéré une méthode très proche de ce que je connaissais déjà, à la différence que je n’ai jamais eu l’idée de commander à mon corps de “lever la main” ou de “se souvenir que je rêve dans le prochain rêve”.
    Hier soir j’ai donc pratiqué votre méthode à répétition jusqu’à un état très profond de relaxation et j’ai commandé à ma main droite de se lever. A ma grande surprise j’ai senti les picotements et ma main s’est partiellement levée. Très peu certe mais j’ai reconnu l’effet de l’autosugestion. Le problème est que je ne savais plus quoi faire de cette main après. Lui demander de se baisser? La laisser comme ça? J’ai eu l’impression que je risquais de dire une mauvaise commande et de faire du mal à mon corps. J’ai ensuite demandé de me souvenir que je rêverai dans la nuit mais ma main était toujours levée. Ensuite je me suis réveillé à “trois”. Ma question: Peut on demander à sa main de se lever, demander de se souvenir de son prochain rêve et continuer la relaxation et l’autohypnose, sans transition pour tenter un endormissement conscient? N’y a t’il pas un risque de confusion?
    Merci pour vos articles et votre site merveilleux!

  13. Merci 🙂
    Les phrases d’auto-suggestion peuvent être dites mentalement ou à haute-voix ou les deux.
    Pour l’auto-hypnose par contre, la suggestion se fait mentalement.

  14. Très bon guide! 😀
    J’ai une petite question: toutes ces déclarations (ex: décompte, “ma main est de plus en plus légère”…) doivent être faites mentalement et pas à voix haute n’est-ce pas?

Les commentaires sont fermés.