24 Mar

5 traits de caractère des rêveurs lucides (Dreamstudies)

L’excellent blog dreamstudies de Ryan Hurd a publié la semaine dernière un billet sur les 5 points communs des rêveurs lucides.


Voici un bref résumé, l’article complet est sur dreamstudies.

  • Remémoration onirique : une bonne remémoration onirique est importante, il ne faut pas hésiter à la travailler à l’aide d’un journal des rêves
  • Intelligence émotionnelle : être conscient de ses émotions, les accepter, avoir la fibre artistique, être sensible, tous ces traits de caractère concernent des personnalités introverties qui auront plus facilement accès à leur inconscient.
  • Un bon équilibre : il semble y avoir un rapport entre le système vestibulaire et la capacité à faire des rêves lucides.  Le système vestibulaire nous permet d’avoir conscience de notre corps et de sa position dans l’espace. On peut développer son sens de l’équilibre à l’aide de sports comme le yoga ou les arts martiaux. (Note: le dernier billet de Robert Waggoner en fait aussi mention).
  • Une pratique de développement spirituelle ou intellectuelle : apprendre à se concentrer par la méditation, ou des méthodes moins orthodoxes comme les jeux vidéos favorise la capacité à se reconnaître comme étant en train de rêver. D’autres activités intellectuelles comme le jeu d’échecs, les mots croisés ou la lecture le soir avant de se coucher ou au milieu de la nuit stimulent le cerveau et favorisent les rêves lucides.
  • Une forte volonté d’apprendre : apprendre à devenir lucide ne se fait pas du jour au lendemain, mais ceux qui se lancent dans l’aventure avec une ferme volonté de réussir ont toutes les chances d’y parvenir.

Articles similaires:

10 commentaires sur “5 traits de caractère des rêveurs lucides (Dreamstudies)

  1. J’ai oublié de signaler que je me reconnais objectivement dans les 5 points que tu as évoqués, Attrape-songe, plus la fibre créatrice évoquée par Basilus. C’est intéressant.

  2. Il semble effectivement y avoir une part de familial là-dedans / génétique, bien que ce ne soit pas systématique. Pour ma part, je n’ai jamais eu vent du rêve lucide dans ma famille, et je me suis pour l’instant gardé d’évoquer ma (modeste) expérience dans ce domaine.

    Concernant la méditation, je méditais bien avant de faire des rêves lucides, et c’est même par le bouddhisme (yoga du rêve) que je suis arrivé au rêve lucide. Pour autant les livres traitant du bouddhisme n’évoquent pas en détails les méthodes d’induction pour devenir lucide au milieu de ses rêves.

    L’autosuggestion, le fait d’y croire et d’être convaincu de cette possibilité a pour moi été le déclic.

    Je dirais que méditer est une aide pour rêver lucidement, un catalyseur, mais que çà ne suffit pas.

  3. Du coup je me demande si il s’agit d’une caractéristique génétique, ou si les familles qui partagent leurs rêves et parlent de leur monde onirique ensemble favorisent un “état d’esprit” familial propre à la lucidité.

  4. Le “trait familial” me semble important : parmi les rêveurs que je connais, une norvégienne a cinq autres membres de sa famille qui font des rêves lucides spontanément. Un ami qui fait des paralysies du sommeil et des rêves lucides spontanés a aussi sa soeur et son père qui font des rêves lucides de temps en temps. C’est assez commun sur les forums de lire que plusieurs membres d’une famille font des rêves lucides.

    Maintenant, pour ceux qui disent faire des rêves lucides toutes les nuits, le trait de caractère commun est surtout la mythomanie. 😉

  5. 🙂
    Des échos que j’en ai, il semble que les enfants, si on leur explique, deviennent facilement lucides et peuvent garder en grandissant cette capacité. C’est aussi une bonne façon de leur apprendre à gérer leurs cauchemars, en leur proposant de devenir lucide comme une forme de jeu.

  6. Je viens de tomber par hasard (est-ce vraiment du hasard?) sur votre blog.
    J’ai eu plusieurs expériences de rêves lucides il y a maintenant quelques années. Ce qui est amusant, c’est que je me reconnais dans le “descriptif”.. Fibre artistique, arts martiaux, et même jeux video! 🙂
    En ce qui concerne votre question sur le “trait familial”, tout ce que je peux en dire, c’est que ma fille, à qui j’avais fait part de mes expériences, m’a dit il y a peu avoir fait sa première expérience de lucidité.
    Merci en tout cas pour votre blog, je vais devenir un fan! 🙂

  7. Merci pour ces infos et le lien 🙂
    Ce qui serait une idée intéressante serait de lancer un appel pour tous les rêveurs lucides ultra-fréquents naturels, peu nombreux, ceux qui produisent facilement plusieurs rêves lucides par semaine, voire toutes les nuits, sans utiliser de méthodes d’induction, et les soumettre à un questionnaire détaillé pour trouver si il y a des points communs dans les habitudes alimentaires, le caractère, etc, ou si cela semble être un trait familial. Peut être que cela a déjà était fait ? Si c’est le cas, je ne l’ai pas trouvé.

  8. Pour le résumé d’article, je lis que le mouvement du hamac a augmenté le nombre d’épisodes lucides dans les premières heures de la matinée et qu’on a noté un surcroît important de mouvements compensatoires de va-et-vient des yeux. Le rôle du système vestibulaire a été aussi pointé par Allan Cheyne dans ses études sur la paralysie du sommeil et les états associés, comme par exemple les impressions de sortie du corps (voir par exemple “Vestibular-Motor Hallucinations and Out-of-Body Experiences” et quelques autres articles sur cette page : http://watarts.uwaterloo.ca/~acheyne/currentinterests.html ). Mais je ne vois toujours pas ce qui peut permettre de passer de ces résultats à l’idée qu’un meilleur sens de l’équilibre favoriserait la lucidité. :/ Quoi qu’il en soit, merci pour ces informations complémentaires. 🙂

  9. Pour le système vestibulaire j’ai trouvé le résumé d’article Vestibular Dreams: The Effect of Rocking on Dream Mentation dont parle Robert Waggoner. J’ai l’impression qu’il s’agit de la source de cette information sur le rôle du système vestibulaire.
    Je pense que pour la méditation, il faut prendre les cinq traits de caractère, un méditant expérimenté mais avec une faible remémoration onirique aura sans doute peu de rêves lucides. Je me souviens aussi avoir lu quelque part que les méditants expérimentés avaient une forte capacité à gérer les conflits et les problèmes de la journée, du coup il restait très peu de travail à faire à l’inconscient durant les rêves de la nuit, et souvent leurs rêves étaient particulièrement calmes et donc peu mémorables.

  10. Je confirme pour la fibre artistique : sur divers forums, on a eu l’occasion de constater qu’il y avait un nombre étonnant de personnes qui jouaient (et assez bien) d’un instrument de musique. On trouve aussi d’excellents poètes (ou d’excellentes poétesses). Pour les arts graphiques, il y a quelques très bons dessinateurs (comme vous l’avez montré sur un post précédent) mais pour la plupart, on dira qu’ils ont plus la fibre créative qu’un réel talent…

    Pour la remémoration onirique et la motivation, je pense que l’article de Ryan Hurd n’étonnera personne. Pour le sens de l’équilibre, je regrette vraiment qu’il n’ait pas fourni les sources de cette information surprenante.

    Quant aux pratiques méditatives, je crains qu’il ait confondu les causes et les effets : s’il arrive fréquemment que les personnes intéressées par le rêve lucide se tournent par la suite vers des exercices méditatifs, ou bien les utilisent en parallèle avec des méthodes d’induction, je crains bien que les méditants ne fassent pas tant de rêves lucides que cela ; on trouve de nombreux méditants qui se désolent de ne pas réussir à faire de rêves lucides et je me rappelle être intervenu une fois sur le forum d’une importante sangha bouddhiste : un méditant s’étonnait d’avoir pris conscience dans un rêve et personne ne pouvait lui expliquer ce qui lui était arrivé.

Les commentaires sont fermés.